*Tous les articles Écrire

Comment devenir écrivain

Voici la vaste question que j’ai posée à Google. Google savait. Enfin, certains sites référencés par Google avaient des réponses. Mais pas toutes. Pourtant, cette question nous brûle les lèvres tant on aimerait trouver LA réponse. Mais si on ne trouve pas LA réponse que l’on cherche, c’est parce que cette réponse n’est pas si simple.

Que vous en soyez aux prémices ou bien avancé dans votre idée de « devenir écrivain », vous serez tenté de poser cette question, à qui vous voulez d’ailleurs, Google ou un vrai humain. Mais avant de répondre à « comment devenir écrivain », demandons-nous, « qu’est-ce qu’un écrivain ». Je vous donne la définition du Larousse :

écrivain, écrivaine (nom)
latin populaire scribanem, du latin classique scriba, scribe

Personne qui compose des ouvrages littéraires ; homme, femme de lettres. (Au féminin, on rencontre aussi une écrivain.)

Bon… si vous restez perplexe comme moi devant les termes « ouvrages littéraires » qui s’ils ne sont pas définis font que la définition a peu de sens, voici des éclaircissements. L’ouvrage c’est le produit du travail donc dans ce contexte, l’ouvrage littéraire peut se référer à tout texte écrit. J’insiste là-dessus car cela va prendre tout son sens par la suite.

Alors c’est quoi « devenir écrivain » ? Pour moi, vous devez fixer votre curseur. Est-ce :

  • le fait d’écrire tout simplement (quel que soit le texte) ?
  • la finalisation d’une œuvre longue comme un roman ?
  • l’édition de l’un de vos écrits ?
  • la reconnaissance de pairs dans le domaine de l’écriture ?
  • la publication de vos textes pour le grand public ?

Ce que vous mettez derrière « devenir écrivain » est primordial. Cela va déterminer vos plans d’action et vous permettre de répondre à la question « comment y parvenir ».

Déjà, faisons simple, pour devenir écrivain, vous devez écrire. Cela va de soi, mais j’ai lu beaucoup de commentaires sur des forums d’écriture de personnes souhaitant « devenir écrivain », mais n’écrivant que des commentaires. Pour être auteur, vous devez vous exercer. Soyez clair sur votre projet et fixez-vous des objectifs.

Selon votre projet et vos objectifs, je ne peux pas vous donner les mêmes conseils. Je vais prendre les projets qui me semblent les plus représentés suite aux lectures et échanges que j’ai pu avoir, et voici le plan :

  • écrire un roman
  • être publié
  • avoir du succès

Écrire un roman

Pour devenir écrivain, si votre but est d’écrire un roman, alors il va falloir vous y atteler. Pour cela vous devez trouver une idée et développer les points suivants :

  • l’intrigue
  • les personnages
  • les intrigues secondaires

Si vous souhaitez écrire un roman, vous avez certainement déjà pensé à ce que vous souhaitiez traiter comme sujet, au moins dans les grandes lignes. Dans tous les cas vous aurez un travail préparatoire important à faire : des recherches, des tableaux de personnages, des plans, etc.

Je vous prépare mes conseils étoffés pour un article à venir sur « comment écrire un roman », mais pour aller à l’essentiel du sujet « comment devenir écrivain », je vais prendre quelques raccourcis sur cette partie.

Pour écrire un roman, vous allez devoir écrire (beaucoup), jeter (parfois), recommencer (aussi), retravailler, relire, faire relire, etc. Je vous donnerai un conseil qui vaut ce qu’il vaut et certains auteurs ne fonctionnent pas comme cela, mais si c’est votre premier roman, afin de garder confiance en ce que vous faites jusqu’au bout, je vous propose d’écrire un plan détaillé de votre roman.

Faites-le sous la forme qui vous convient. Via un schéma, un détail chapitre par chapitre, une timeline, ce que vous voulez du moment que cela vous aide à vous y retrouver. Détaillez au maximum votre plan. Tout ce qui est mis sur papier vous guidera. Par exemple, évitez un plan qui se résume à votre pitch comme « dans une galaxie lointaine, un jeune héros doit apprendre à maîtriser ses pouvoirs pour ne pas anéantir le monde ». Préférez un schéma avec la temporalité de votre histoire, comment vous la voyez se dérouler, quoi arrive quand, pourquoi, etc. Personnellement je suis nulle en dessin et je ne m’y retrouve pas même quand je fais des schémas simples. Je préfère prendre mon ordinateur et écrire chapitre par chapitre ce qui est censé se passer. Je ne mets pas de numéro à mes chapitres car je les construis sous forme d’histoires indépendantes. Ainsi, quand je trouve que tel élément devrait être mieux explicité plus tôt, soit je l’insère dans un chapitre qui s’y prête, soit je crée un nouveau chapitre. Pas besoin de tout détailler, mais notez les principales actions des personnages — celles qui font avancer l’histoire, pas le fait que Jacqueline boive son café froid —, qui est présent dans le chapitre, qu’est-ce qui est révélé, y a-t-il une phrase importante qui va être prononcée, que doit-on comprendre du chapitre, etc. C’est fastidieux, je vous l’assure, mais cela vous fera gagner au final :

  • du temps : vous n’aurez plus à réfléchir à pourquoi cette action arrive à ce moment
  • de la cohérence : vous ne serez pas obligé de vous dire que vous devez tout recommencer car quelque chose ne tient pas debout
  • de la fluidité : vous avez déjà réglé le pourquoi cette scène intervient à ce moment donc vous savez déjà si ça colle ou non avec votre texte
  • de la motivation : vous savez où vous en êtes et où vous devez arriver. Vous avez peut-être déjà en tête le chapitre que vous voulez vraiment rédiger car c’est là que Bernie et Stuart se rendent compte qu’ils sont frère et sœur, avec votre plan, vous savez à quel moment vous pourrez en faire la rédaction

Bien sûr, vous ne pouvez écrire ce plan que si vous avez déjà bien travaillé votre sujet. Si ce n’est pas le cas, pas de panique, prenez le temps de noter vos idées. Détaillez l’intrigue principale de votre livre, dressez un portrait de vos personnages que vous étofferez au fur et à mesure de votre écriture, imaginez les intrigues secondaires, faites des recherches sur les points que vous ne maîtrisez pas (si votre histoire se passe au Moyen Âge, vous devrez être bien renseigné sur la période, si c’est un roman policier vous devez maîtriser les rouages des enquêtes, etc.).

Pour bien commencer, et si votre but ultime n’est pas d’être publié et/ou d’avoir du succès, vous pouvez commencer par écrire une histoire « simple ». Une intrigue principale, peu de personnages, quelques intrigues secondaires, quelques lieux (évitez de faire voyager votre personnage principal à tout bout de champ si vous n’êtes jamais sorti de votre ville natale et que les voyages ce n’est pas votre truc), avec cela, vous aurez déjà une trame. Écrivez celle-ci sous forme de plan comme je vous l’expliquais plus tôt. Si vous vous en sentez la force, étoffez votre roman, sinon, écrivez !

Il est parfois compliqué de gérer la peur de la page blanche, le manque d’inspiration, la démotivation. Avec un plan détaillé et un projet mesuré par rapport au temps que vous pouvez y consacrer et vos capacités (un premier roman est toujours plus complexe car vous allez faire des erreurs que vous ne ferez plus ensuite), vous arriverez au bout de votre roman et vous aurez la satisfaction d’avoir achevé votre projet.

Une fois votre roman terminé, si tel est votre souhait, passez à l’étape suivante.

Être publié

Votre œuvre est prête, dans votre tiroir, ou plutôt dans les dossiers de votre ordinateur. Vous en êtes fier (j’espère !). Les cartes sont maintenant dans vos mains.

Connaître les maisons d’édition

Vous allez devoir passer en revue toutes les maisons d’édition qui publient le genre de roman que vous avez écrit. Personnellement je suis allée à la librairie, dans le rayon approprié et j’ai décortiqué les 4èmes de couverture de bon nombre de livres. Si cela correspondait à mon roman, je notais le titre du livre et la maison d’édition. À nouveau, c’est fastidieux, mais nécessaire. Vous pouvez aussi vous renseigner sur les sites web des maisons d’édition pour affiner vos choix.

Beaucoup de lettres de refus sont envoyées car le manuscrit ne rentre pas dans la « ligne éditoriale » de la maison d’édition. Attention à ne pas arroser le monde avec votre manuscrit si celui-ci ne correspond pas du tout à ce qui est d’habitude publié. Cela vous fera perdre du temps à vous et cela en fait perdre également aux maisons d’édition.

Choisir les maisons d’édition

Une fois votre sélection faite, vous devrez vous rendre sur les sites web des maisons d’édition afin de vous renseigner sur les conditions d’envoi de votre manuscrit. De mon côté, Excel est mon ami et j’ai donc listé l’ensemble des maisons qui m’intéressaient et j’ai renseigné pour chacune les démarches à prévoir : envoi papier, envoi électronique, délai de réponse, envoi par mail, envoi sur plateforme, etc.

Préparer vos envois

Dans votre préparation, vous avez certainement vu que chaque maison d’édition pouvait demander des documents différents :

  • votre manuscrit dans un format particulier (police, taille de police, marges, etc.)
  • un synopsis
  • une lettre de présentation de l’auteur
  • etc.

Adressez-vous à chaque maison comme si c’était la seule pour être sûr de coller à leurs exigences. Généralement vous devrez prévoir en début de manuscrit votre Prénom/Nom/Adresse/Numéro de téléphone. Certaines veulent un document en police 12 interligne 1,5, d’autres préfèrent le double interligne, bref vérifiez chacune des demandes.

Le synopsis vous sera souvent demandé et parfois dans un nombre de mots maximum. Travaillez bien cette partie. Vous devez également prévoir un corps de mail dans lequel vous allez « pitcher » votre roman. Soyez accrocheur, donnez envie de lire votre livre plutôt que celui arrivé 6 minutes plus tôt dans la boîte mail de votre interlocuteur. Normalement (d’après les infos données par les maisons), tous les manuscrits sont lus, mais mettez toutes les chances de votre côté d’intéresser le lecteur.

Apprenez à vous présenter également. Si vous avez déjà des publications notables, ça va vous aider plutôt que de ne rien avoir à dire de votre « carrière » d’écrivain qui n’a pas encore commencé. Mais tous les auteurs de premier roman sont passés par là. Faites transparaître votre personnalité.

Faire vos envois

Bonjour imprimante, enveloppes épaisses, boudins spirale, timbres chers. Voici ce qui vous attend. J’ai dans un premier temps privilégié les envois par mail car je n’avais pas accès à une imprimante, c’est plus simple d’un point de vue logistique. Dans ce cas, faites bien attention à envoyer l’ensemble des documents demandés que ce soit par mail ou sur une plateforme dédiée comme c’est le cas pour certaines maisons d’édition. Pour celles qui ne prennent que les formats papier, vous devrez imprimer votre roman recto avec des interlignes et marges adéquats (c’est souvent précisé) et le relier (certaines acceptent la simple agrafe). Pour les envois, c’est également stipulé sur les sites des maisons d’édition, vous pouvez joindre une enveloppe timbrée pour que votre manuscrit vous soit renvoyé s’il n’est pas pris. Cela peut limiter les frais postaux, mais cela vous oblige également à attendre qu’une maison réponde et vous renvoie votre bien avant de pouvoir en contacter une autre. D’autres maisons ne renvoient pas les manuscrits, tout simplement.

Une fois ces étapes passées, vous allez devoir être patient. L’attente peut être longue, mais je vous ai préparé un tableau avec quelques délais indicatifs.

Si vous n’essuyez que des refus, mais que vous voulez vraiment publier votre œuvre, vous pouvez vous lancer dans l’auto-édition. C’est une façon d’être publié, à vous de voir si c’est celle qui répond à votre définition de « devenir écrivain ».

Avoir du succès

Pour certains, ce sera là la clé de tout. Vous vouliez être auteur pour pouvoir embrasser le succès. Dans ce cas, je ne pourrais pas répondre à la question « comment être écrivain » si votre seul but est de connaître le succès. Je n’ai pas la recette, en revanche, je peux vous donner quelques conseils :

  • être persévérant : tout n’arrive pas par hasard
  • avoir de la chance : mais parfois être au bon endroit au bon moment est un facteur important
  • améliorer votre style : en écrivant encore et toujours
  • écouter les critiques : si elles sont constructives cela va de soi
  • oser : si votre manuscrit reste dans votre ordinateur, peu de gens viendront le chercher
  • vous démarquer : dans le bon sens du terme en proposant peut-être un thème ou un format inédit (le monde n’est pas toujours prêt pour l’innovation, donc à vous de voir)
  • donner de votre personne : il vous faudra peut-être aller signer 6437 fois le même bouquin avec des prénoms que vous n’avez jamais entendus de votre vie, et tout ça, avec le sourire
  • y croire : si c’est votre rêve, alors personne ne pourra mieux y croire que vous

Il n’y a pas de recette miracle sinon tout le monde rencontrerait le succès, dans tous les domaines. Ce n’est pas le cas. Je vous invite d’ailleurs à lire l’anecdote sur Stephen King que vous trouverez ici. Cela vous montrera que le succès est parfois lié au facteur chance et que le succès amène le succès.

Vous voulez devenir écrivain ? Foncez. Que ce soit pour écrire des textes tous les jours sur votre blog, écrire des feuillets, des nouvelles, des romans, des essais, des livres illustrés, de la science-fiction, de l’historique, de la romance… qu’importe, si telle est votre ambition, donnez-vous en les moyens. Que vous souhaitiez finir votre projet, le publier ou être un auteur à succès, vous avez les cartes en main pour devenir l’écrivain que vous rêvez d’être. Tout ne sera pas de votre ressort, mais si vous mettez tout en œuvre pour y parvenir selon votre ambition, vous ne serez pas déçu de ne pas avoir essayé !

Et si vous étiez tenté par le fait de devenir riche grâce à vos écrits, cet article sur la rémunération des auteurs devrait vous intéresser !

7 commentaires

  1. ARPINO a dit :

    Article très intéressant. Pour ma part j’ai écrit chaque jour depuis presque 20 ans sauf pendant le confinement les confinements où j’ai éprouvé une grande sidération tout en étant incapable de l’écrire. Pour moi il s’agit plus d’écrire des notes journalières intéressantes que d’écrire un livre.

  2. […] avez le projet de devenir écrivain, et pour cela, vous avez donné de votre personne. Si vous êtes salarié en parallèle, vous savez […]

  3. […] peut être résolu ! Pour éviter le syndrome de la page blanche, je vous recommande de lire l’article dédié à « comment devenir écrivain ». Je vous y livre notamment le fruit de mes lectures et bien que je n’ai pas de remède miracle, […]

  4. […] vous l’avez commencé, ce serait trop bête de vous arrêter. Si vous en êtes au tout début, recommencez pour être plus confiant sur vos bases. Si vous êtes déjà loin du premier chapitre, continuez ! Rien ne vous empêchera ensuite de […]

  5. […] donne envie de lire le livre et non de le reposer dans le rayonnage. Si vous écrivez vous-même et aspirez à être écrivain, vous serez peut-être amené à écrire votre propre quatrième de couverture. En autoédition, à […]

  6. […] Quelques conseils pour devenir écrivain ? Suivez le guide ! […]

  7. […] Ne rigolez pas, ça m’est arrivé. Vous écrivez, deux semaines d’affilées et puis vous laissez tomber (se référer au point 10 de ce top), et puis vous y revenez. Sauf qu’entre temps Terry est devenu Tommy parce que votre mémoire vous fait un peu défaut ET (surtout) que vous avez omis le b.a.-ba du bon écrivain : faire un plan et un tableau des personnages ! […]

Répondre à Dix exercices pour entretenir la créativité dans vos écrits Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *