*Tous les articles Auto-édition Écrire

Qui sont les lecteurs en France ?

Tout comme un dirigeant d’entreprise, l’auteur — et l’auteur autoédité tout particulièrement — doit maîtriser son produit.

Les auteurs édités par les maisons d’édition, en plus de leur talent, ont su écrire un livre qui était attendu. En effet, les maisons d’édition savent ce qui va fonctionner ou non, notamment grâce à une très bonne connaissance du secteur du livre et de ses clients (en plus des fournisseurs, distributeurs, etc., mais c’est un autre débat).

Pour vous, auteurs autoédités ou auteurs tout simplement, voici un panorama du lectorat en France.

Pourquoi bien connaître ses lecteurs ?

Je l’ai déjà écrit, mais si vous souhaitez être lu, il faut pouvoir écrire ce que votre « client » veut lire. C’est la loi du marché. L’offre et la demande se rencontrent et pour que votre livre (l’offre) soit acheté, il faut qu’il corresponde à un besoin (la demande). Bien entendu, vous pouvez vouloir proposer quelque chose d’original, d’inattendu. Vous aurez simplement moins de chance d’en faire un succès, malgré toutes les qualités de l’œuvre, si le public n’est pas prêt. Rien à voir avec l’écriture, mais je suis tombée sur un article très intéressant à ce sujet.

D’où sont tirés les chiffres que je vais vous citer ?

Toute l’analyse ci-dessous est tirée des chiffres mis à disposition par le Centre National du Livre (CNL). Tous les 2 ans, le CNL public une étude barométrique concernant « les Français et la lecture ». La 4e édition est sortie en mars 2021 et met en lumière les chiffres de l’année 2020, de quoi avoir des données récentes pour nos écrivains !

C’est parti pour l’analyse.

Beaucoup de lecteurs, mais un lectorat en baisse

En premier lieu, sachez que 86 % des Français ont lu au moins un livre en 2020. Les « Français » tels qu’étudiés comprennent les 15 ans et + soit (en 2021) environ 55 millions de personnes. Ce qui veut dire que (86 % * 55 M) plus de 47 millions de Français ont lu au moins un livre !

86 % c’est aussi plus de 8 Français sur 10. Donc si vous croisez 10 personnes dans la rue, 8 d’entre elles auront lu au moins un livre en 2020 (statistiquement bien entendu).

Bref, bien que le chiffre de 86 % soit conséquent, il y a des retenues. Ce chiffre a perdu 6 points par rapport à 2018 et notez également que les déclarants annoncent avoir lu au moins 1 livre. Il y a certainement dans le lot des gens qui n’ont lu QU’UN seul livre, et au vu du nombre d’ouvrages proposés, c’est peu.

Le format papier plébiscité

Si vous vous demandez encore si vous feriez bien de lancer la version papier de votre livre — notamment si vous vous autoéditez parce qu’en maison d’édition la question ne se pose pas… — la réponse est OUI !

63 % des lecteurs lisent exclusivement sur papier. Si vous ne publiez votre roman qu’au format ebook vous vous privez donc de 63 % des lecteurs. C’est dommage.

Pour compléter, 20 % des lecteurs font un mix papier et numérique et seulement 3 % ne lisent que du numérique.

Il est relativement simple de lancer votre format papier sur Amazon, alors ne tardez pas.

Le roman sur la plus haute marche du podium

C’est le genre littéraire du roman qui est le plus lu. Avec 67 % des lectures, il devance les livres pratiques, art de vivre et loisirs et les livres sur l’histoire.

Néanmoins, notez que la catégorie « roman » est vaste. Ce sont en fait les livres policiers ou d’espionnages qui arrivent en tête de la catégorie. On trouve ensuite les livres de littérature classique française ou étrangère, les romans de SF, fantastique, fantasy, horreur. Les romans sentimentaux et autres romans n’arrivent qu’en queue de peloton.

Étant donné que je trouve un graphique plus parlant que les mots, voici celui tiré de l’étude. Tous les crédits sont sur l’image et vous avez les chiffres de lecture associés aux catégories.

Un public âgé et féminin

Notez qu’il existe des disparités chez les lecteurs, notamment sur l’âge et le sexe.

Les femmes sont plus attirées par la lecture ; 90 % d’entre elles ont lu au moins un livre en 2020. À nouveau, si vous vous baladez dans la rue et que vous croisez 10 femmes, 9 d’entre elles lisent. Les hommes ne sont pas en reste, mais ne sont « que » 82 % à lire.

Enfin, 90 % des 65 ans et + ont lu au moins un livre en 2020. C’est donc une catégorie importante, les autres tranches d’âge ne dépassant pas 85 %.

À une exception près. En fait, la classe d’âge la plus lectrice est celle des 15-24 ans. Cela ne colle pas du tout au titre de mon paragraphe vous l’aurez remarqué, mais c’est volontaire. Il existe une nuance importante chez les 15-24 ans.

Pour schématiser, les 15-24 ans lisent de la Science-Fiction (SF) et des livres « utilitaires ». On trouve parmi ces derniers les livres pratiques, les livres sur l’histoire, etc. Si je tire une conclusion hâtive, vous avez donc peu de chance d’être lu par les 15-24 ans si vous écrivez un roman qui ne soit pas de la SF.

Les grands lecteurs, une cible importante

Connaître les grandes tendances du lectorat en France est important. Néanmoins, il me semble que se cantonner à analyser les lecteurs dont certains ne lisent qu’un seul livre par an soit très limitant. D’un point de vue “auteur”, il sera complexe d’être la seule lecture de la personne quand vous connaissez la pluralité des offres sur le marché. Il ne faut pas délaisser cette catégorie, mais vous devez également comprendre qui sont les lecteurs qui sont le plus à même d’ouvrir beaucoup de livres et donc d’acheter (ou d’emprunter) le vôtre.

Il existe une catégorie appelée « Grands Lecteurs ». Elle regroupe les lecteurs de plus de 20 livres par an. L’étude nous apprend que 25 % de la population fait partie de cette catégorie. Cela veut dire qu’une personne sur 4 est un grand lecteur, un chiffre non négligeable.

Dans le détail, sachez que le lectorat des grands lecteurs est très féminin. En effet, 63 % des grands lecteurs sont en fait… des grandes lectrices ! C’est aussi un lectorat dont la moyenne d’âge est de 55 ans, comportant de nombreux retraités (41 %) et souvent diplômés (52 % ont un diplôme universitaire). Ils font partie des catégories socio professionnelles élevées puisque la CSP — est peu représentée (18 %, bien inférieur aux 28 % de CSP — de la population globale).

Conclusion

Pour conclure cette analyse, les lecteurs français existent. Cela est rassurant pour nous, auteurs. Si en 2020 certains chiffres reculent, ils interviennent dans un contexte particulier de pandémie.

La lecture est toujours perçue comme un loisir. Pour les lecteurs, l’enjeu est de lire pour le plaisir et pour découvrir et apprendre nouvelles choses.

Les grands lecteurs sont toujours présents et si vous écrivez un roman policier adressé aux femmes de 55 ans diplômées, proches de la retraite et CSP+, vous risquez fortement de voir écouler vos stocks ! Blague à part, le marché du livre est toujours d’actualités. Par ailleurs, proposer un livre permet de répondre aux attentes des lecteurs. Sachez notamment que la moitié d’entre eux considère que la lecture est aussi un moyen d’être heureux et épanoui dans la vie.

Le marché du livre en France

Comment écrire un livre qui marche ?

Combien gagne un auteur ?

 

7 commentaires

  1. […] mon article sur le profil des lecteurs en France, il me semblait important de compléter ces informations par un tour d’horizon du marché du […]

  2. […] Qui sont les lecteurs en France ? […]

  3. […] Qui sont les lecteurs en France ? […]

  4. […] Qui sont les lecteurs en France ? […]

  5. […] Qui sont les lecteurs en France ? […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *