*Tous les articles À la une Écrire

Combien gagne un auteur ?

Vous avez le projet de devenir écrivain, et pour cela, vous avez donné de votre personne. Si vous êtes salarié en parallèle, vous savez que quand vous terminez votre journée ou votre mois de travail, vous obtenez une rémunération.

Je vous déconseille et même décourage de « devenir écrivain » pour l’argent. Si c’est votre seule motivation, passez votre chemin, car vous risquez de vivre bien plus qu’une déception.

Combien gagne un auteur ?

Je citerai ici Isabelle Meyer dans son ouvrage Écrire un roman les trucs qui marchent. Dès les premières pages de son livre, elle vous donne les chiffres, histoire de vous faire une petite idée de la réalité. D’après elle, un auteur gagne entre 5 % et 14 % du prix de vente du livre sachant qu’un premier roman se vend (sauf exception) entre 600 et 700 exemplaires. Déjà là, vous pourriez être déçu voire démotivé, car passer tant de temps à écrire, seul devant son écran d’ordinateur, envoyer des dizaines de fois votre manuscrit auprès des maisons d’édition, réussir à passer l’étape de sélection et finalement se voir distribuer à 600 ou 700 exemplaires… il y a de quoi devenir barge.

Mais ce n’est pas fini ! Isabelle Meyer termine le calcul en admettant un prix de vente de 16 € de votre ouvrage avec un tirage à 700 exemplaires ce qui vous fait 11 200 € de chiffre d’affaires. Vous pouvez ensuite appliquer votre taux (entre 5 % et 14 %). Dans l’exemple, l’auteur choisit 12 % pour 650 heures de travail (soit 6 mois et demi de travail en travaillant 5 jours par mois et 5 heures par jour). Je m’arrête sur ce point, car si c’est votre premier roman vous avez certainement travaillé bien plus que 650 heures. Je vous le dis et redis dans mon article sur « Comment devenir écrivain », le travail de préparation peut être énorme et doit être compté dans les 650 heures. Je pense que vous pouvez gonfler le nombre d’heures de travail et abaisser un peu le taux de rémunération, car en tant que premier roman, vous ne serez pas en mesure de beaucoup négocier votre rémunération. Enfin bref, tout ça pour arriver finalement à un taux horaire de 2 €. Rendez-vous compte, votre livre vous rapportera 2 € par heures travaillées. Pour ceux qui n’ont pas en tête de comparatif, le SMIC horaire net en novembre 2020 s’élève à 8,03 €. Alors certes, écrire ce n’est pas aussi fatigant que certains jobs payés au SMIC, là n’est pas le débat, simplement, n’écrivez pas pour devenir riche, c’est une motivation bien trop éloignée de la réalité du travail à fournir.

De quoi est composée la rémunération des auteurs ? 

Vous le voyez, la rémunération d’un auteur est faible. Vous me direz que j’ai pris là un exemple d’un seul ouvrage qui peut ne pas être représentatif. Vous avez raison, car je trouve que l’auteure en question est un peu trop optimiste. Le 7ème baromètre des relations auteurs/éditeurs datant de 2018 nous donne les chiffres suivants : 68 % des auteurs déclarent un taux de rémunération inférieur à 10 %. Pour un livre grand format à 20 € par exemple, l’écrivain va percevoir entre 1,14 € et 2,27 € par vente. Même si vous réalisez l’exploit d’en vendre un millier, cela représente au mieux 2 270 € pour, disons, votre année de travail.

Le taux de rémunération n’est pas le seul à prendre en compte bien sûr, certains auteurs touchent ce que l’on appelle un « à valoir » qui permet de compléter les gains de l’auteur. Celui-ci est négocié à la signature du contrat et est compris (toujours d’après le baromètre) entre 1 500 et 3 000 €. À noter que 25 % des auteurs ne perçoivent pas d’à-valoir et doivent donc compter uniquement sur leur taux.

Je pourrais vous citer maintes et maintes sources qui vous montrent à quel point ce n’est pas grâce à l’écriture que vous ferez fortune, mais mon but n’est pas de vous dégoûter d’écrire, simplement de vous lancer dans ce projet en ayant en tête que devenir riche ne doit pas être votre mantra au risque de déchanter sérieusement.

Et les écrivains à succès ? 

Malgré ces premiers paragraphes, vous ferez peut-être partie des auteurs à fort succès qui peuvent aujourd’hui se consacrer à l’écriture de romans comme job à plein temps. Le journal Capital publiait en 2017 la liste des écrivains les mieux payés. Les salaires avancés sont des estimations, mais on retrouve en tête Guillaume Musso et ses 2,8 millions de revenus en 2016 suivi par Marc Lévy et 1,7 million d’euros puis Michel Bussi avec 1,4 million d’euros de revenus. Les deux suivants passent déjà sous la barre du million de revenus. Cela peut vous faire rêver, mais ces trois auteurs ont de nombreux romans à leur actif et une carrière déjà bien en place.

Peut-être réussirez-vous à entrer dans le top 10 des écrivains français les mieux payés. Je vous le souhaite sincèrement. En attendant, retournez à votre roman ! Le meilleur moyen d’atteindre vos objectifs c’est de les fixer et de tout mettre en œuvre pour y arriver !

17 commentaires

  1. […] si vous étiez tenté par le fait de devenir riche grâce à vos écrits, cet article sur la rémunération des auteurs devrait vous intéresser […]

  2. Avez-vous noté que depuis le 1er janvier 2020, les droits d’auteurs doivent être directement déclarés à l’URSSAF par l’éditeur?
    Les droits d’auteurs ne sont pas calculés sur le TTC, mais sur le HT, soit 5,5% en moins. La TVA est obligatoirement reversée à l’État.
    De plus, l’URSSAF prélève environ 16% de charges sociales. Ce qui fait que sur un livre à 16€ TTC, l’auteur touche sur 15,17€.
    Les auteurs à 14% atteignent des ventes par dizaines, voire centaines de milliers d’exemplaires.
    S’il est à 8% brut, cela lui fait 1,21€ avant prélèvements, soit 1,02€ sur le livre.
    Peu d’auteurs vendent 700 exemplaires, mais si l’auteur réussit à en vendre 500, cela lui fait 510€.
    Si, pour vendre ses livres, il a engagé des frais de route non remboursés par l’éditeur, le Salon ou le libraire, un café par-ci, un sandwich par là… vous voyez que nous sommes même encore très loin de vos chiffres !

  3. Bonjour Dominique,

    Vous avez tout à fait raison, il y a également un certain nombre de charges à prendre en compte dans le calcul. Je me suis basée sur les données lues dans l’ouvrage d’Isabelle Meyer, elles sont peut-être un peu plus optimistes que la réalité mais quand bien même, le résultat final montre bien que l’auteur ne pourra vivre de l’écriture s’il s’agit du seul livre qu’il publie dans l’année.

    Bonne journée,
    Anne-Laure

  4. […] Si vous vous posez la question de publier gratuitement, c’est très certainement que vous savez que le fruit de votre labeur ne vous rapportera que peu. Si vous n’avez tout simplement aucune idée des chiffres, allez faire un tour sur mon article Combien gagne un auteur. […]

  5. […] Si vous ne vous êtes pas encore posé toutes ces questions, pas de panique, cet article est là pour ça ! Avant toute chose, sachez que, quel que soit le prix de vente que vous fixerez, vous ne deviendrez pas crésus du jour au lendemain. D’ailleurs écrire dans le seul but de s’enrichir est contre-productif. Comme je l’abordais dans un précédent article, le salaire des écrivains est loin d’être mirobolant. […]

  6. […] Combien gagne un auteur ? […]

  7. […] Combien gagne un auteur ? […]

  8. […] Combien gagne un auteur ? […]

  9. […] Combien gagne un auteur ? […]

  10. […] Combien gagne un auteur ? […]

  11. […] Combien gagne un auteur ? […]

  12. […] Combien gagne un auteur ? […]

  13. […] Combien gagne un auteur ? […]

Répondre à Concours du premier roman jeunesse Gallimard 2021 Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *